RICH


  Réseau d'Investigation clinique pour le Carcinome Hépatocellulaire




   Ensemble trouvons des solutions pour lutter contre le Carcinome Hépatocellulaire...  
Get Adobe Flash player

Recherche dans le site

Formulaire de connexion


On appelle thérapie ciblée un traitement à base de médicaments qui agissent sur des mécanismes spécifiques aux cellules cancéreuses.

Actuellement, le seul médicament de thérapie ciblée qui bénéficie d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) dans le traitement des cancers du foie est le sorafénib. D’autres molécules sont en cours d’évaluation dans le cadre d’essais cliniques.

Le sorafénib ralentit la progression du cancer en agissant sur la vitesse de croissance des cellules cancéreuses et en empêchant le développement des vaisseaux sanguins qui alimentent la tumeur.

Le sorafénib est indiqué :
• lorsque la localisation ou l’extension de la tumeur rend impossible tout autre traitement ;
• lorsque les traitements précédents n’ont pas apporté les résultats attendus.

Le sorafénib se présente sous la forme de comprimés à avaler à heures fixes. C’est un traitement général, appelé aussi traitement systémique, qui agit dans l’ensemble du corps. Cela permet d’atteindre les cellules cancéreuses quelle que soit leur localisation dans le corps.


Comment se déroule le traitement ?

Les doses administrées ainsi que la durée du traitement varient d’une personne à l’autre, en fonction des caractéristiques du cancer et de la tolérance au traitement. C’est pourquoi le plan de traitement est déterminé au cas par cas. Avant de démarrer ce traitement, le médecin s’assure que vous ne présentez pas de signes qui pourraient augmenter le risque de complications.

Une hypertension artérielle ou des varices oesophagiennes sont recherchées et traitées le cas échéant.

La posologie habituelle est de deux comprimés deux fois par jour, mais elle peut varier selon votre situation personnelle.

En cas d’effets secondaires trop importants et invalidants, le traitement peut être diminué voire interrompu.

 

Quels sont les effets secondaires possibles ?

Les effets secondaires du sorafénib varient selon le dosage du médicament et les personnes.

La prise de sorafénib peut s’étendre sur plusieurs mois et les effets secondaires s’installer dans le temps. Plusieurs effets sont susceptibles d’alterner et de varier dans la durée et l’intensité.

Certains effets secondaires sont limités ou évités grâce à des traitements préventifs ou des conseils pratiques. Néanmoins, s’ils deviennent trop importants, le traitement peut être diminué ou interrompu le temps que le corps se remette.

Par les effets indésirables observés sous sorafénib on distingue notamment :

Les diarrhées : les diarrhées sont fréquentes lors de la prise de sorafénib. Un traitement préventif (antidiarrhéique) peut vous être prescrit. Une hospitalisation doit être envisagée en cas de diarrhée persistante ou associée à de la fièvre ou des vomissements.

Les troubles cutanés et syndrome main-pied : Le sorafénib peut entraîner des troubles au niveau de la peau : rougeurs, plaques, dessèchement, tiraillement. Le syndrome main-pied est un trouble de la peau qui se manifeste au niveau de la paume des mains et de la plante des pieds. Il se caractérise par des rougeurs, un gonflement, une sécheresse ou des cloques. Si malgré cela votre peau devient rouge, sensible ou douloureuse, signalez-le à votre médecin sans attendre que les symptômes n’empirent. Des médicaments antidouleur, prescrits par votre médecin, ou des soins locaux peuvent les soulager.

La fatigue : en dehors de la fatigue causée par la maladie elle-même, par l’appréhension des examens ou encore par les déplacements  quotidiens, la fatigue peut être liée au médicament. Elle dépend de votre tolérance à ce traitement et des effets secondaires. En effet, une anémie, une perte d’appétit, des nausées et des vomissements, une fièvre ou encore des douleurs peuvent contribuer à cette fatigue. Elle ne doit pas être banalisée. Signalez-la à l’équipe soignante afin qu’elle soit prise en charge le mieux possible.

La chute des cheveux : appelé également alopécie, la chute des cheveux peut être difficile à vivre car elle est un signe concret et visible de la maladie. Elle est peu fréquente, souvent progressive et toujours temporaire. Les cils, les sourcils et les poils pubiens sont également susceptibles de tomber provisoirement.

La baisse des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes : en effet, le traitement peut avoir des effets secondaires sur le sang et la moelle osseuse et entraîner :

  • une baisse du nombre de globules blancs (leucopénie), en particulier des lymphocytes (lymphopénie). Cette baisse entraîne un risque accru d’infection car les moyens de défense du corps sont réduits ;
  • une baisse des globules rouges (anémie), chargés de transporter l’oxygène dans tout le corps. L’anémie se manifeste principalement par une pâleur et une fatigue qui ne s’atténue pas avec le repos ;
  • une baisse du nombre de plaquettes (thrombopénie), responsables de la coagulation du sang. Une diminution des plaquettes augmente le risque d’hématomes et de saignements (principalement au niveau des gencives).

Le nombre des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes peut baisser de façon importante et simultanée. On parle alors d’aplasie.
Des prises de sang sont effectuées régulièrement pour vérifier les taux de globules blancs, globules rouges et plaquettes. Dans de rares cas, une transfusion de globules rouges ou de plaquettes est réalisée. En cas de fièvre (plus de 38°C pendant plus de 6 heures) ou si vous ne vous sentez pas bien (frissons, diarrhées ou vomissements importants), consultez immédiatement votre médecin traitant.

Les Réactions allergiques : comme tout médicament, le sorafénib peut être source d’allergie. Alertez votre médecin en cas de gonflement du visage, des lèvres et de la langue, d’essoufflement, de fièvre, de réactions cutanées graves (démangeaisons, rougeurs, boutons), de difficultés à respirer…


Exemples de questions à poser à votre médecin

Quelle posologie dois-je respecter ? À quel moment de la journée prendre les médicaments ?
Quels sont les objectifs du traitement ?
Quels sont les effets secondaires ? Que puis-je faire pour les limiter ?
Comment sont-ils traités ?
Combien de temps dure le traitement ?
Comment est effectué le suivi ?
Y a-t-il des conseils alimentaires particuliers à suivre ?